Au plaigneux qui passe sin temps à s’maloter in dire : dans cent ans cha ira miux, de toute façon pour ête mort faut ête biau, ch’est po tin cas !
A celui qui passe son temps à se plaindre on dit : dans cent ans ça ira mieux, de toute façon pour être mort faut être beau, ce n’est pas ton cas !